• Tamara de LEMPICKA

     

    Tamara de Lempicka - 1929 - Photo by Dora Kallmus (Madame D'Ora Studio) - Paris -

     

      

    Tamara de Lempicka - 1929 -

    Photo by Dora Kallmus

    (Madame D'Ora Studio) - Paris -

     

     

    Tamara de Lempicka (1898 – 1980), born Maria Górska in Warsaw, Poland, was a Polish Art Deco painter and "the first woman artist to be a glamour star".

     

     

    Tamara de Lempicka, née le 16 mai 1898, à Varsovie, en Pologne, et décédée le 18 mars 1980 à Cuernavaca, au Mexique, est sans doute la peintre la plus célèbre de la période Art déco.

      

    Fille d'avocat, elle évolue dans les milieux aisés entre l'Italie où elle découvre l'art, la Russie et les grandes villes d'eaux européennes.

      

    En 1914, elle s'installe à Saint-Pétersbourg pour apprendre la peinture.

     

    Elle s'éprend de Tadeusz Lempicki, un jeune avocat russe qu'elle épouse en 1916.

      

    La Révolution d'octobre bouleverse sa vie : son mari supporte mal d'avoir perdu sa vie privilégiée, et après un séjour à Copenhague elle décide, en 1918, de venir à Paris et d'entamer une carrière de peintre.

     

    Tamara de Lempicka, née le 16 mai 1898, à Varsovie, en Pologne, et décédée le 18 mars 1980 à Cuernavaca, au Mexique, est sans doute la peintre la plus célèbre de la période Art déco.  Fille d'avocat, elle évolue dans les milieux aisés entre l'Italie où elle découvre l'art, la Russie et les grandes villes d'eaux européennes. En 1914, elle s'installe à Saint-Pétersbourg pour apprendre la peinture.

    A l'Académie de la Grande Chaumière, à partir de 1920 elle fréquente les ateliers de Maurice Denis et d'André Lhote.

      

      

      

    Passionnée par le cubisme autant que par la peinture d'Ingres ou le maniérisme de Pontormo, très influencée par André Lhote, l'artiste trouve son style, à la fois décoratif, élégant et sculptural, dès 1922, date à laquelle elle présente un portrait au salon d'Automne.

    Artist Tamara de Lempicka by Madame D'Ora

      

      

    En 1927, avec " Kisette au salon", elle obtient le premier prix à l'exposition internationale de Bordeaux, qui conforte son succés naissant dans les cercles élitistes.

      

      

      

      

    Au sein de cette riche société, elle a réalisé des portraits comme celui du Marquis d'Afflitto ou de Sommi en 1925, ainsi que celui du Prince Eristoff, du Comte Fürstenberg ou encore du Grand-Duc Gabriel en 1927.

     

    Tamara de Lempicka

    Mais c'est son autoportrait " Tamara dans la Bugati verte " en 1925 qui matérialise son style et l'incarne comme l'artiste de la modernité.

     

      

    Lartigue. La chambre de Tamara rue G. de Maupassant

     

    1928
    Epreuve photo N&B sur papier

     
    Association des Amis de J.H. Lartigue

     

     

     

    Cet intéressant document permet de voir comment Lempicka mettait en place sa composition au fusain avant d’en commencer l’exécution. Derrière le chevalet, on reconnait "Le modèle" (B. 63) et, au dessus du lit, le "portrait de la duchesse de La Salle" (B. 72). (Copyright Association des Amis de J.H. Lartigue

     

      

     

      

     

     

      

    Elle immortalise la bohème parisienne de son temps :

    André Gide, Suzy Solidor, et fréquente Paul Poiret ou encore Georges Braque.

     

    // Tamara de Lempicka (She looks just like the people she paints!)

      

    Mais sa célébrité vient aussi des nus provocants qu'elle produit. Elle frise régulièrement le scandale avec des personnages féminins aux poses provocantes et ses ambiances parfois équivoques, tels que " La Belle Rafaëla " ou " Les deux amies" en 1927.

      

      

    Elle divorce en 1928 pour se remarier, en 1933, avec un baron hongrois Raoul Kuffner.

      

      

    La montée du nazisme la préoccupe beaucoup, et elle décide de quitter l'Europe pour s'installer aux Etats-Unis. Cet éloignement, ce nouveau changement dans sa vie, et l'Art déco passant de mode, contribuent à ce que son œeuvre tombe dans l'oubli jusque dans les années 1970, où l'Art déco revient en grâce, et fasse ressurgir son nom.

      

      

    Vivant entre New York, Hollywood et le Mexique, elle meurt à Cuernavaca en 1980. Tamara de Lempicka aura avant tout marqué l'histoire de la peinture par une oeuvre proche du cubisme très particulière et totalement reconnaissable entre toutes, " Ne pas copier.

      

    Créer un nouveau style, des couleurs lumineuses et brillantes ... Je veux qu'au milieu de cent autres, on remarque une de mes oeuvres au premier coup d'oeil »(LMDA)

     

     

     

     

     RUE GUY DE MAUPASSANT

      

    In 1925, Lempicka took up residence at 5 rue Guy de Maupassant in Paris (16e arrondissement). Her decor for this studio-apartment was imbued with a certain dramatic effect.
     

      

    A photograph by Jacques-Henri Lartigue gives us one view of the bedroom (see "Jacques-Henri LARTIGUE"), where, under the painting "Portrait of the Duchess of La Salle" (B.72), the carved lacquer bed decor - based on a sketch by Lempicka of a sapphic scene - boldly strikes the eye. A closet and stool (not to be seen in this photo) existed in the same carved lacquer scheme. The furniture has since disappeared.

     

     

     

     

     

     

    Stifter. The place Wagram studio I

     

     

     

     

    Stifter. The place Wagram studio I

     

    http://www.en.lempickacatalogue.com:

    86/4daction/NomTeme/%3C%3E91/xx00001

    FIFTY%20SEVENTH%20STREET 

     

     

     

     

     

    « Frank W. BENSONJeffrey T. LARSON »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :