• BOLIVAR GAUDIN... peintre Uruguayen

     

    BOLIVAR GAUDIN... peintre Uruguayen

     

     

     

    Il s’appelle Bolivar Gaudin et est uruguayen. Ami de Che Guevarra, l’artiste a choisi la France comme terre d’accueil depuis 40 ans. Son travail s’inscrit dans la lignée du mouvement Madi, à l’origine d’une nouvelle forme d’abstraction. Peintre et sculpteur, il revendique cette paternité, pour suivre cette recherche personnelle qu’il veut avant tout inscrire dans son temps. « L’art de notre temps est non figuratif car c’est tout simplement l’évolution naturelle, logique de l’histoire de l’art, où il s’agit d’inventer »[...]

     

     

    Bolivar Gaudin, qui est souvent désigné seulement comme «Bolivar», est né en 1937 à Salto, Uruguay. Sa mère venait de la tribu nomade des Indiens », Charrúa", tandis que son père était un descendant du sud-français des immigrants. Bolivar assume fièrement son double héritage aujourd'hui. Son nom inhabituel premier n'est pas un alias artistique: ses parents l'honneur du grand héros latino-américains avec elle.

      

    Gaudin est un enfant d'une famille pauvre qui étaient accablés par des circonstances difficiles. Durant sa jeunesse troublée, il erra beaucoup et appris à connaître de nombreuses professions. Il a fini à Montevideo en 1955 où il a travaillé dans un théâtre comme un peintre décorateur. Comme il a rappelé, au cours des années à la Solis Teatro, il a acquis une expérience unique et extraordinaire. D'ailleurs, il a rejoint le groupe de jeunes artistes, "La Cantera».

      

     BOLIVAR GAUDIN... peintre Uruguayen

     

    Il a commencé son engagement avec la peinture au début des années 1950. L'artiste autodidacte s'est d'abord consacré à l'art figuratif, essentiellement des paysages de peinture. Il fait la connaissance de constructivisme dans les années 1950 lors d'une exposition Joaquin Torres Garcia à Montevideo. Cependant, il ne s'est tourné vers l'abstraction géométrique beaucoup plus tard. Il s'installa dans sa ville de rêve, Paris en 1963 où il vit et travaille aujourd'hui. Après son arrivée en France, il a travaillé avec des bijoux d'artisanat dans les premières années. Cependant, depuis plusieurs décennies maintenant, il se consacre exclusivement à son art. En 1967, il ouvre un studio près de la Place Nation, où il a créé des peintures et sculptures et commence à se faire un nom pour lui-même.

     

     

     

     

    Qui êtes-vous Bolivar ?

    « Je suis né en 1937 à Salto, Uruguay. Je vis en France depuis 1947. Je suis autodidacte mais j'ai suivi l'enseignement de Torres Garcia et de Michel Seuphor, fondateur de Cercle et carré. Mon père était français. Mon vrai nom est Gaudin. Bolivar est mon prénom, mais je l'ai toujours utilisé comme artiste pour me situer à Paris surtout. En 1980, j'ai rencontré Carmelo Arden Quin, le fondateur du mouvement MADI en 1946 et j'y ai adhéré. » Que signifie MADI et quelle est l'originalité de ce mouvement artistique ?

    « MADI signifie Matérialisme Dialectique. Ce mouvement international, héritier de l'abstraction européenne, a fait un pas en avant en rejetant la forme rectangulaire du tableau. Nous composons en tenant compte de l'espace extérieur et des possibilités géométriques y compris le nombre d'or. Nous avons une grande liberté dans le choix des matériaux nouveaux et des techniques. » Quels matériaux utilisez-vous ? « J'utilise le bois, le plastique parfois et le fer comme la corde de piano. Mes couleurs sont proches de celles de l'Amérique du sud et de la nature. Elles suivent en cela la logique du prisme réel ce qui leur donne force et matérialité. » Le décès récent d'Arden Quin marque-t-il la fin de MADI ?

    « J'étais très proche de lui du fait de notre pays commun: l'Uruguay et de la pratique de notre art. Les artistes du groupe viennent de tous les horizons.

    MADI continue. Aujourd'hui même, il y a des expositions à Buenos Aires, à Naples et à Montevidéo. »

    En 1977, Bolivar a rencontré un de ses compatriotes, Carmelo Arden Quin, l'un des fondateurs du mouvement MADI à Paris. Arden Quin a joué un rôle décisif dans la formation de l'art Gaudin et devint son maître et idole. Jusqu'à la mort récente d'Arden Quin en Septembre 2010, Bolivar a été le plus proche collège de son mentor. En raison de l'influence d'Arden Quin, Bolivar a rejoint le MADI en 1983, et il a participé à des activités organisationnelles du mouvement depuis lors. Comme le secrétaire en chef du mouvement MADI, il faisait partie de l'organisation de nombreuses expositions et rencontres.

     

    Dans son travail, il combine souvent les plus simples formes géométriques (cercle, carré, triangle). Comme son usage de la forme, son choix de couleurs est plutôt modérée et claire: l'exquise harmonie de bleus, de jaunes d'or et les tons de rouge est caractéristique de ses œuvres. Bolivar crée son art tout à fait selon l'esprit de l'MADI: ses compositions sont ludiques, inventifs et précisément conçus dans le même temps, formant des formes irrégulières qui rompent avec les schémas traditionnels de l'art. Pour ses créations qui sont situés à l'intersection entre la sculpture, le relief et la peinture, il utilise une variété de matériaux (bois, fils, matériaux trouvés dans la rue, etc.)

     

     

    Gaudín y Marino Santamaría

     

    Ses œuvres, qui sont intégrés dans le patrimoine du constructivisme sont des manifestations d'une balance sensible des formes, la simplicité et la créativité. Du idées médiée par le MADI, il apprécie l'invention la plus: il en permanence des expériences avec de nouvelles approches dans son art. Sa personnalité et son attitude artistique a été formé par sa vie troublée et aventureux. L'artiste, qui avait des engagements de gauche, était un ami de Che Guevara, entre autres. Dans ses œuvres, il ne cherche pas à envoyer un message ou de médiateur en cas idéal. Son art se réfère à rien d'autre, seulement pour lui-même, que son héritage constructiviste (notamment Joacquin Torres Garcia, le Russe Tatlin, Rodchenko et Lisicky, le Hongrois Laszlo Péri et László Moholy-Nagy, et le Belge Vantongerloo) dicte.

     

    Travaille Bolivar faisaient partie d'un certain nombre d'expositions collectives et individuelles sur le monde dans les musées et galeries ainsi (entre autres dans le Centro Reina Sofia, Madrid, Museo Torres Garcia, de Montevideo; Museo Latinoamericano de La Plata, Argentine). Public hongrois pourrait avoir vu ses œuvres dans plusieurs expositions MADI.

     

      

      

     

    « PEINTURES sur PORCELAINEArthur William DEVIS »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Han
    Vendredi 12 Septembre 2014 à 12:46

    Bonjour Bolivar


    Je suis Zo Cling la petite fille chinoise qui venait souvent chez vous au Studio près de Nation . Mes parents habitaient au 4ème étage et vous au 2ème . Y habitez vous encore? Excusez moi si je me trompe de personne .


    Amicalement


    Zo Cling

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :